La technique de poutrelle sur sommier pour l’ouverture de mur porteur

Parmi les techniques d’ouverture de mur porteur, la plus simple et la plus utilisée est la poutrelle sur sommiers. Mais attention. Ce n’est pas parce qu’elle est la plus simple qu’elle est à mettre en pratique sans précaution. Les détails !

 

La technique des petites ouvertures

Quel que soit la largeur des ouvertures, il y a toujours une technique appropriée. Pour des petites ouvertures ne dépassant pas le mètre, la technique dite la poutrelle sur sommier est la plus adaptée.

Elle consiste à faire un étaiement entre le sol et le plafond en prenant soin de repartir la charge des étais sur des poutrelles métalliques. En d’autres thermes, il s’agit de soutenir le mur avec des poutres afin d’empêcher le plancher de s’effondrer.

C’est pour cette raison qu’un mur porteur ne se casse jamais, il faut le scier pour éviter d’émettre des vibrations lors des ouvertures qui risquent d’avoir des conséquences graves sur le mur ou sur le plancher.

 

Pourquoi casser un mur porteur ?

Généralement lorsque vous faites une ouverture dans un mur porteur ou une simple cloison, c’est pour avoir de l’espace dans votre maison pour aménager soit une cuisine, un salon, une salle de bains, une terrasse. L’ouverture de votre mur peut vous permettre par exemple d’ajouter une porte ou une fenêtre pour améliorer votre luminosité ou ouvrant sur une belle vue.

Cependant, avant de vous attaquer à votre mur surtout qu’il est porteur, vous devez vous assurer qu’il n’y a pas d’autres alternatives. Ceci est d’autant vrai qu’il existe des risques énormes dans ces genres de travaux. C’est pourquoi, il est conseillé de faire appel à un professionnel dans tous vos travaux d’ouverture de mur porteur ou même d’une simple cloison.

Eviter de jouer au fin bricoleur en réalisant vos travaux vous-mêmes. Il est utile de savoir que l’ouverture d’un mur porteur est soumise à des obligations selon que vous résidez en copropriété ou dans une maison individuelle. Vous devrez donc, avant le début des travaux, vous lancer à la recherche d’un huissier, à obtenir l’avis du syndicat des copropriétaires pour ceux qui vivent en copropriété, à obtenir une autorisation de permis de construire, etc.

 

Contactez un voyant